vendredi 17 novembre 2017

Un scandale journalistique


Consentement sexuel

 a 11 ans



Le commentaire de la Dépêche du 

Midi

Le scandale du 17 Novembre 2017



Elle jouait au ballon dans le parc.
Normal, quand on a 11 ans.
Et un «grand» est venu.
Il lui a proposé une balade.
Elle a accepté.
A 11 ans une fillette éduquée ne part pas avec un inconnu !
Ils sont allés dans un parc voisin.
Et là, il l'a déshabillée.
A 11 ans aucune petite fille « bien élevèe » ne se laisse déshabiller par un inconnu !
Et l'a pénétrée.
A sec
Elle n'a rien dit…
même pas un cri... De plaisir
Cet épisode aurait pu rester définitivement secret,
Comment une petite fille 11 ans peut rentrer chez elle avec une culotte tâchée de sang après s'être faite déflorée sans douleur par un grand ?
car la petite fille est une taiseuse.
Mais elle est tombée enceinte.
Elle était donc pubère !
L'enfant est aujourd'hui dans une famille d'accueil.
Pourquoi ses parents n'ont pas gardé le nourrisson ?

jeudi 16 novembre 2017

Questions toutes les listes

Près d'un Français sur quatre

dit avoir subi des maltraitances

dans son enfance

Dans une enquête inédite réalisée 
par l'institut Harris Interactive en 
lien avec l'association L'Enfant 
Bleu, 22% des personnes 
interrogées sur leur enfance 
relatent des événements 
assimilables à de la maltraitance, 
notamment de nature sexuelle.

Près d'un sur deux jugent probable qu'il y ait dans leur entourage au moins une personne ayant subi des maltraitances infantiles. 
Ces chiffres édifiants sont le résultat d'une enquête* inédite en ligne parue ce jeudi et réalisée par l'institut Harris Interactive en partenariat avec l'association L'Enfant Bleu - Enfance maltraitée
Pour Michel Martzloff, secrétaire général de l'association, l'objectif de ce sondage était «de dresser un état des lieux de la maltraitance des enfants en France car il n'y a pas de chiffres officiels».

mercredi 15 novembre 2017

Le « vrai-faux » test municipal



« En Marche dans le Tarn »




C’est une première nationale.
Un représentant d’En Marche 
brigue un fauteuil de maire dans le 
Tarn.
Mais le Marcheur-candidat aux 
municipales de Saint-Sulpice ne 
porte pas le dossard de son parti.



Le 26 novembre prochain, un scrutin municipal va se dérouler dans la commune de Saint-Sulpice.
Il est lié à une cascade de démissions : 46 depuis 2014.
Cette élection « anticipée » est censée être une première pour La République En Marche.
C’est le 1er test local pour le nouveau parti du président de la  République.
En effet, un des candidats à l’Hôtel de Ville, Raphaël Bernardin, porte les couleurs du parti d’Emmanuel Macron.
C’est le référent local du mouvement et il a dirigé la campagne du député LREM, Jean Terlier.
Au regard de ce « pedigree« , aucun doute possible, le 1er maire En Marche de l’Hexagone peut être tarnais.
Emmanuel Macron a des édiles locaux à ses côtés.
Le plus célèbre et influent est le 1er magistrat de Lyon, Gérard Collomb.
En Occitanie, le chef de l’Etat peut également compter sur le maire de Montpellier, Phillipe Saurel, et celui de Rodez, Christian Teyssèdre.
Mais, pour le moment, aucun maire n’a été élu sous l’étiquette LREM.
C’est parfaitement normal.
Le parti « macroniste » n’existait pas, en 2014, lors des dernières municipales. La consultation « anticipée » de Saint-Sulpice transforme, de facto, le Tarn en « laboratoire politique » pour un test « grandeur nature ».
Cet aspect politique n’a pas échappé aux instances de La République En Marche.
Selon nos informations, un mail a été envoyé aux Marcheurs pour les inciter à se mobiliser pour leur candidat. Plusieurs sources indiquent que le député En Marche Jean Terlier s’est aussi fortement impliqué.
Néanmoins, cette mobilisation reste symbolique.
Contacté par France 3 Occitanie, Raphaël Bernardin, précise qu’il s’est mis « en veille » de son rôle d’animateur local d’En Marche.
La liste déposée en préfecture ne porte pas l’estampille du parti présidentiel.
Raphaël Bernardin souligne que ses colistiers viennent du PS ou appartiennent à la société civile.
La liste constituée par le responsable local d’En Marche contient, en tout et pour tout, 2 Marcheurs.
En cas de victoire, la République En Marche ne pourra pas revendiquer une première réussite locale.
Mais, en cas d’échec, le parti d’Emmanuel Macron ne devra pas non plus encaisser un camouflet.



L’ancien ministre Martin Malvy souhaite la réussite d’Emmanuel Macron…et s’explique auprès de ses camarades socialistes





Martin Malvy déclare :
Nous sommes à un moment de notre histoire politique qui est particulier et dont personnellement je souhaite qu’il réussisse. Parce que si Emmanuel Macron devait échouer, ce n’est pas seulement l’homme politique qui échouerait, c’est le pays tout entier qui échouerait, car aujourd’hui il ne resterait d’alternative que Mélenchon ou Le Pen.
Je ne confonds pas les deux, mais je ne veux ni de l’un, ni de l’autre



mardi 14 novembre 2017

La Liste Masqué



LA CINQUIEME LISTE

De Sébastien BROS

Front National


Sébastien Bros conduira la liste
«Union des droites Bleu Marine 
pour Saint-Sulpice-la-Pointe»
 
Le candidat n'a pas voulu nous fournir le nom de l'ensemble de ses colistiers : «je crains un acharnement et des attaques contre ces personnes».
Une situation ubuesque où les membres d'une liste, déposée en préfecture, cachent encore leurs noms et leurs visages.
Nous avons proposé ironiquement qu'ils soient cagoulés : «vous connaîtrez l'équipe complète en fin de semaine», promet Sébastien Bros, sans rire.
Il justifie le nom de la liste par la présence aux côtés du Front National de personnes proches de «Les Républicains» ou de «Debout La France».
«Nous serons la seule liste de droite.
Pas besoin d'accords électoraux avec les autres formations», résume-t-il.
Au programme, tout d'abord, l'éducation. «Nous ferons un audit de tous les établissements scolaires pour repérer ce qui va mal : problèmes de chauffage, tout ce qui est hors normes.
En ce qui concerne le nouveau groupe scolaire nous reverrons ce projet qui n'est pas abouti».
La sécurité est le deuxième axe : «nous recruterons 2 policiers municipaux. Des embauches en interne en faisant passer le concours à des agents de la mairie.
Bien entendu, nous armerons les policiers municipaux».
Autres points avancés : améliorer le projet de la réfection de l'avenue Ch.-de-Gaulle, enlever les dalles de la place Soult avant de la goudronner, le ramassage des poubelles dans la Bastide et une cuisine centrale dédiée à la MAS, aux écoles et aux portages des repas pour les personnes âgées.
Concernant le site de l'Arçonnerie Française, S. Bros constate qu'il appartient à un privé, mais il mettra tout en œuvre pour qu'une entreprise puisse y construire des logements : «pas sociaux, il y en a suffisamment». Enfin, s'il est élu, le candidat assure qu'il se consacrera totalement à la mairie.
La Dépêche du Midi

réponse à R BERNARDIN


Les problèmes de notre école à St Sulpice



Ce ne sont pas les NAP qui 
épuiseraient nos enfants (qui a déjà 
vu des enfants épuisés aux sorties 
des écoles?)

Mais plutôt à quelle heure, on les lève le matin pour aller à l'école et à quelle heure on les couche…
Ce qui primordial : c'est de faire cesser le harcèlement moral…. Les dénigrements désobligeants d'adultes dans les établissements et à la maison !!!
Sont-ils chaudement habillés, ont-ils pris leur petit-déjeuner ?
La concertation avec les parents, c'est bien pour faire un diagnostic, mais faire un projet en ayant consulté 20 personnes donc 10 sont des enseignants parents d'élèves, c'est courir à l'échec !

lundi 13 novembre 2017

Sans ordonances



Antirhumes, pastilles...

62 médicaments sans ordonnance à 

proscrire


Dans les médicaments disponibles sans ordonnance, près d'un sur deux est «à proscrire», selon le magazine «60 millions de consommateurs» qui dévoile mardi une «liste noire» de produits parmi ceux les plus vendus.

dimanche 12 novembre 2017

GESTES DEPLACES (suite)



QUESTION A TOUTES LES LISTES

Vous porterez vous Partie Civile pour notre 

fonctionnaire municipal lavé de tout soupcon 

par un non-lieux, suite à une plainte de 10 

parents à son encontre ?


Une dénonciation 
calomnieuse est un délit

de nature à perturber gravement 
autrui
c’est pourquoi cette infraction 
consistant à porter à la 
connaissance d’une autorité un fait 
répréhensible dont celle-ci pourra 
tirer des conséquences 
défavorables  est sanctionnée.

L’intégrité morale des personnes 
nécessite une protection offerte par 
cette incrimination qui garantit 
ainsi la tranquillité des personnes.
La dénonciation calomnieuse est plus précisément définie à
l’article 226-10 du code pénal
qui prévoit que
La dénonciation, effectuée par tout moyen et dirigée contre une personne déterminée, d’un fait qui est de nature à entraîner des sanctions judiciaires, administratives ou disciplinaires et que l’on sait totalement ou partiellement inexact, lorsqu’elle est adressée soit à un officier de justice ou de police administrative ou judiciaire, soit à une autorité ayant le pouvoir d’y donner suite ou de saisir l’autorité compétente, soit aux supérieurs hiérarchiques ou à l’employeur de la personne dénoncée est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.

La fausseté du fait dénoncé résulte nécessairement de la décision, devenue définitive, d’acquittement, de relaxe ou de non-lieu, déclarant que le fait n’a pas été commis ou que celui-ci n’est pas imputable à la personne dénoncée.
En tout autre cas, le tribunal saisi des poursuites contre le dénonciateur apprécie la pertinence des accusations portées par celui-ci.