vendredi 28 février 2014

Sites pollués St Sulpice



Arçonnerie Française


Les problèmes de dépollution de la friche industrielle et commerciale par son dernier locataire concerne aussi les propriétaires des terrains et des locaux voisins.

Les activités industrielles par filtration dans les sols ont impacté les voisinages proches, ils voient la valeur de leur patrimoine grévé par cette pollution.

RETIS SOLUTION est l’émanation directe de L'ARCONNERIE FRANÇAISE .

Tous les propriétaires successifs de ce site industriel se sont réalisés par des rachats de parts de capital et d'absorption. Le bailleur est un actionnaire historique.



L'argument qui voudrait exempter cette société de ses responsabilités de pollueur parce qu'aujourd'hui il serait un nouvel exploitant, ne tient pas.

Seule une faillite et une reprise à la barre du Tribunal de Commerce pourrait le sauver et encore...

C'est vrai, que c'est un employeur important sur la commune et que certains voudraient le ménager !

Les 5 têtes de listes s'expriment très peu sur ce sujet sensible pour St Sulpice ?

Combien de méfaits et de délits, sommes nous en capacité d'accepter au nom de la préservation de l'emploi ?

L'amiante tue tous les jours, elle avait pourtant été déclarée dangereuse pour l'être humain dés 1905... par l’Académie de Médecine !


La LISTE R GROWAS/ A CHABAUD




La LISTE R GROWAS/ A CHABAUD


Avant-dernier débat public avant le vote du premier tour

Affluence : 200 personnes
Questions : 15


Cette liste surprise issue d'une scission de la majorité sortante avec l'opposition
bien trop tardive pour être fair-play vis à vis de nos concitoyens.

Une surprise , alors qu'aucune rumeur ne nous avait fait entrevoir la moindre distension dans l'équipe B SOULET, et Dieu sait que les rumeurs ne manquent pas à St Sulpice.

Nous avons assisté à un moment de communication de gestion communale exemplaire, concis et rigoureux.

Ils avaient toutes les billes et 6 ans de pratique.

Gérer une Mairie n'est pas de tout repos, mais c'est surtout un exercice de patience exemplaire, c'est réglementaire jusque dans les détails, une gestion très surveillée par l’État (percepteur, sous préfet et préfet).

La moitié de nos agents municipaux ont des emplois à mi- temps... ils ne roulent pas sur l'or, nos fonctionnaires territoriaux tant vilipendés.

On nous a apporté la preuve que nos finances sont dans les clous grâce à la gestion rigoureuse de redressement que se sont vu obligés d'assumer Growas et Balland.

Le bilan est positif, approuvé par nos instances de contrôles de la légalité, et nous avons 5 banques prêtes à nous accompagner dans nos investissements à venir.

Le BILAN officiel et certifié sera sur le site internet de la mairie sous trois jours

Un discours et des réponses de gestionnaires pragmatiques et compétents.

Des détails préoccupants :

A la question à M Growas

Les St Sulpiciens de souche nous ont laissé des cadavres dans les placards qui ne sentent pas très bon.

Ce sont les friches industrielles, ils y ont donc tous travaillé et ils ont tous été témoins de pratiques courantes à l'époque, de rejets de produits ou matériaux polluants en pleine nature, ces pratiques dangereuses sont devenues aujourd'hui illicites.

Ces sites existent toujours, on y a même construit des infrastructures communales comme des écoles , etc.... Ceux qui connaissent ces lieux doivent nous les désigner ?

Nous avons eu droit à une réponse évasive, elle est pourtant d'une importance capitale des enjeux de santé publique pour St Sulpice , des certificats de dépollution doivent nous être apportés pour lever tous les soupçons.

Plus inquiétant à M J Esparbie

Au sujet du rejet par la Socamil ( dépôt régional des Hyper Leclerc de Tournefeuille) 58 ha, 350 emplois du Site des Portes du Tarn, elle a préféré un site dans le Lauragais.

M Esparbie n'a jamais entendu parlé de ce dossier, il tombe des nues !

La Dépêche de Jeudi 21 Novembre 2013

La Socamil et ses 350 emplois vont quitter l'agglomération toulousaine

Implantée depuis 30 ans à Tournefeuille, la grosse centrale d’achats et plate-forme de stockage du groupe Leclerc va s’installer dans l’Aude ou a Montgiscard.

M Growas nous a appris que notre CCAS n'avait pas d'existence légale, et qu'il ferait le nécessaire dés son élection pour remédier à cette anomalie.

Un CCAS est une entité à part entière dotée d'un conseil d’administration et d'un Président.

Elle aura en charge d’administrer «  notre maison de retraite »

Il n'y a pas besoin de courir bien loin pour admirer un Eco-quartier, vous en avez un dans le village du SEQUESTRES de Gérard POUJADE.

Les listes concurrentes ont des soucis à se faire pour redresser la barre d'ici à Mars, en nous apportant des projets chiffrés et qui de toute façon ne verront le jour qu'à long terme... au plutôt en 2017.

jeudi 27 février 2014

Sur notre protection sociale





NOTRE SÉCURITÉ SOCIALE


N'est pas une Société Anonyme
Elle n'a pas d’actionnaires qui touchent des dividendes


C'est une entité juridique et institutionnelle chargée du service public.




La Sécurité sociale moderne est organisée et fonctionne en France selon un modèle bismarckien et paritaire :
  1. elle est financée par les cotisations des employeurs et des salariés, soit un financement reposant essentiellement sur un mécanisme d'assurance payée par les actifs (à la différence du modèle anglais ou « beveridgien », où le financement repose essentiellement sur l'impôt payé par tous les contribuables) .
  2. elle est gérée paritairement par l'ensemble des partenaires sociaux représentés par les syndicats de travailleurs et les organismes patronaux.
Ces administrateurs sont des représentants syndicaux
ouvriers, des syndiqués patronaux et des administrateurs nommés par l’état.


Elle est financée par les cotisations des employeurs et des salariés, soit un financement reposant essentiellement sur un mécanisme d'assurance payée par les actifs pour la part ouvrière.
Il n'en est pas de même pour la part patronale qui est comptabilisée dans leur bilan comme charge salariale et qui donc se retrouve dans les coûts de production et dans le prix hors taxe du produit ou service payé par tous les consommateurs.

Bleu Marine de Marc NERI


Débat public de la liste
Bleu Marine de Marc NERI


100 personnes peu bavardes
Très peu de questions
La réunion s'est close faute de débatteurs


Les corrompus nous craignent :

Aux corrupteurs Capitalo-Libéral Debridé, Créateurs de richesses et d'emplois, vous leur promettez quoi ?

Les honnêtes gens nous soutiennent :

Combien serons nous au soir du premier tour à être des MALHONNÊTES à vos yeux ?

Les courageux nous rejoignent :

Combien de courageux de plus, allez vous réunir sous votre nom au-delà de votre score de 2012 de 812 votants.

Marc Neri est BLEU en politique, c'est indéniable, cela se voit et s'entend, ses convictions sont affichées mais peu crédibles, son programme n'est qu'approximation et hésitation, on est dans la posture Bleu Marine, le flou le plus total, et en cas de victoire ( ce qui n'est pas à exclure)c'est un permanent du FN qui l’assistera pour les premiers mois de son mandat.

Son seul engagement préoccupant, c'est l'armement de notre Police Municipale , attention au premier carton sur un fils turbulent d'un St Sulpicien !

La dextérité au tir de nos Maréchaussées Nationales est déjà sujet à caution de la part d’instructeurs au tir de notre grande muette encore en activité ?

Espérons que cette dotation fera réfléchir les parents et les adolescents avant de faire une virée nocturne avec les copains !

Marc Neri a lissé ses propos, son programme n'est plus illégal :

Il supprime la taxe sur les enseignes et l’affichage, mais pas la taxe d'aménagement communale qu'il aurait plutôt tendance à augmenter, afin de n'attirer sur St Sulpice que des supposés français ayant des critères importants de respectabilité, avec un portefeuille bien garni d'argent propre...Ou bien blanchi !
Il défend le commerce de proximité à condition que les St Sulpiciens veuillent bien les faire vivre décemment.
On ne fait plus « GICLER » les personnes « non grata » aux yeux du FN.

mercredi 26 février 2014

Débat Public de Amir MEKHAEIL


Débat Public de Amir MEKHAEIL

Affluence parsemée, les fidèles présents à tous les débats.

Le programme est honnête,
L'équipe est la plus jeune des 5 !

Vouloir économiser 38000 € sur un budget de 8 millions €, sur les maigres indemnités de Maire, adjoints et conseillers est puéril et dangereux pour leur pouvoir d'achat, surtout pour ceux qui ont la chance de travailler chez des créateurs de richesses Capitalo-Libéral Débridé qui ne gouttent guère qu'on s'éparpille en dehors de chez eux.

L'attention misérabiliste apportée à l'entreprise privée est pathétique et partagée par l'ensemble des listes.

Le guichet unique pour soulager la paperasserie et simplifier les contraintes juridiques des entreprises créatrices d'emplois, c'est la mort de toutes les structures privées qui les assistaient, les avocats, les conseils aux entreprises, nos 7 experts comptables de St Sulpice et leurs salariés sont en danger.

Une confirmation visiblement revendiquée : les TAP ne sont pas obligatoires et des parents pourront en exclure leurs enfants, ou est l'EGALITE DES CHANCES RÉPUBLICAINES DEVANT LE SAVOIR ?
Cela va supposer une possible sortie des classes à 15h 30  pour certains !

La prise en charge de nos ados, 7j/7j est sûrement la proposition phare de leur programme et la plus urgente pour notre commune, si elle est accompagnée d' une prévention à l'égard du pétard, du harcèlement, du racket qui n’épargnent pas nos établissements  scolaires de St Sulpice, hélas !. Ce qui détermine l’échec , le décrochage scolaire,  la précarité intellectuelle et incite à la marginalisation , et à la délinquance et qui est source de reproductions à l'age adulte : c'est le cycle infernal !

La violence faite aux femmes et aux enfants dans notre commune est-elle prise en compte  par le CCAS et ses assistantes sociales ?

Pourquoi défendre le commerce et l'artisanat et préconiser la création d'une salle pour des réunions de banquets ou de fêtes de familles précaires ? Le Montauty et le 505 vont être contents de cette promesse !


RONDI SARRAT Le bulletin n°4


RONDI SARRAT

Le bulletin n°4


Pas de Martingale Secrète,
des chiffres, rien que des chiffres froids
Qui ne laissent aucune marge de manœuvre
jusqu'à mi-mandat.


« Mise en place du TAP, des réserves foncières pour ne pas oblitérer l'avenir et la gestion des affaires courantes »


Un grand projet d'avenir qui devra attendre des jours meilleurs .

Dépenser encore pour un audit est inutile (18000€)

la Cour des Comptes le fait pour nous...

A tous les candidats




Transport public, Navette :

L'assistance de transport pour nos aînés ou personnes à mobilité réduite... existe à St Sulpice !

L'ADMR et ses assistantes ménagères assurent depuis plus d'un an l'accompagnement dans leur véhicule personnel des personnes qui désirent être transportées chez un professionnel ou un commerçant de son choix.

Ce service est très peu utilisé... Inutile ou méconnu ? C'est bien dommage, vu les revendications récurrentes sur ce sujet !

ADMR

05 63 41 81 02



La Cantine de nos enfants :

Cuisine centrale ou prestataire de service :

La cuisine centrale de l'hôpital de Lavaur implantée sur les terrains de l'Hôpital psychiatrique Pinel a été sauvée de la disparition grâce aux cantines scolaires de Lavaur.

Pourrait-elle assumer le service à toutes les cantines du CCTA?


Le club des Aînés :

Le club des aînés a plutôt besoin d'une subvention plus importante, afin de mettre fin à ses voyages sponsorisés par des camelots en tout genre, qui leur pompent leurs allocations retraites et qui les endettent... plutôt qu'une nouvelle salle de réunion!
  
Le Commerce de proximité :

Ce sont les points Relais, il y en a 4 à St Sulpice !

A quand plusieurs DRIVE-IN de grandes surface à St Sulpice ?

mardi 25 février 2014

Debat Public N Bouteselle


Débat public de la liste

Nicolas BOUTESELLE


Record d’assistance : 200 personnes

Notre Contrôleur des impôts a une MARTINGALE pour nos investissements urgents que le bilan comptable de notre ville n'est plus en mesure d'assumer.

C'est MIRACULEUX mais c'est SECRET, elle nous sera dévoilée le 18 Mars 2014 (la concurrence pourrait lui piquer).

Le débat s'est cantonné à une douzaine de questions,

les coûteuses:

Les deux exigences de M Peuchot... train, piscine, la mobilité réduite

La surréaliste :

Quand vous nous proposez vous un bus pour aller faire des courses à Lavaur ?
Il existe un service de bus départemental et un train pour accéder à Lavaur, et un mini bus dans St Sulpice pour faire ses courses, l'ADMR/ Mairie !

La sans réponse publique:

Pourquoi la voirie de mon lotissement n'est toujours pas été reprise par la Mairie ?
Pour la bonne raison que votre voirie n'est pas aux normes et que la mairie n'a pas contrôlé le lotisseur qui n'a pas respecté son cahier des charges...

Les 60 questions de SOS St Sulpice :
Trouvent difficilement des réponses !


La CCAT parait la solution à tous nos problèmes de financement... Qui finance la CCAT ?

ZAC des Portes du Tarn, il nous promet les premières implantations et création d'emplois sous 5 ans, soit pour 2019 !

Dès notre élection, nous signerons une Charte d’Éthique et de Déontologie.....

M N Bouteselle se mettra en disponibilité de son poste de haut fonctionnaire pour se dédier à 100% à St Sulpice (il connaît au centime près la fortune de tous les St Sulpiciens...).

La liste des conflits d'intérêts possibles de ses colistiers:

Nicolas Cathalou : DG D'Afelec, ancien locataire de l'Arçonnerie
Jean Hugues Etheve : Patron de Top Form
Caroline Andrieux Lecouty : Directrice de Banque Populaire
Christel Chérie : Gérente du relais de Montauty
Nathalie Barrau : Lotisseur et aménageur foncier sur St Sulpice.


Liste Amir MEKHAEIL


Le MISÉRABILISME
touchent aussi cette liste municipale


De pauvres St Sulpiciens seraient dans l''incapacité de se soigner sans un coup de pouce de la collectivité communale...

Ils sont si nombreux, qu' Amir Mekheil veut vous faire bénéficier d'une mutuelle santé ?

Encore une couche de misérabilisme dans cette campagne, décidément il n'y en a que pour les pauvres à St Sulpice !

« Le Centre Communal d' Action Sociale ( CCAS ) connaît quotidiennement les situations précaires de nos concitoyens » sans avoir les moyens d'agir

Combien de St Sulpiciens touchent l'allocation vieillesse, combien sont au RSA, combien bénéficient de la CMU, de CMU complémentaire ?

NON ! M Amir MEKHEIL le CCAS n'a pas la connaissance quotidienne de toute la précarité de nos concitoyens, 50% des éligibles au RSA ne se manifestent pas, 30% des éligibles à l'Allocation Vieillesse également, « Il n'y pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre »... Il a pourtant les moyens d'agir en alertant une cascade d'organismes territoriaux et étatiques qui sont à sa disposition pour venir en aide aux plus démunis de notre société.

Qui à la mairie se soucie des enfants, des adolescents et des aînés, de ceux qu'elle n'a pas sur ses écrans ?

La mairie n'a pas accès aux noms et adresses de ces ménages qui vivent avec un revenu en dessous du seuil de pauvreté. Il y a des parents qui se privent de repas pour payer la cantine de leurs enfants...Quel est le budget annuel du CCAS de St Sulpice ? Est-il si préoccupant pour devenir le centre et leitmotiv principal de cette campagne municipale ?

Accompagner nos entreprises ?

Nous leur offrons déjà des terrains aménagés et viabilisés en temps que municipalité, nous n'avons rien à faire dans cette galère, seule la CCAT peut à la marge accorder quelques facilités.
Les créateurs de richesses et d'emplois n'ont absolument pas besoin de nous, pour faire du business !

Sont-elles misérables ?


vendredi 21 février 2014

Dates Clés


CALENDRIER ÉLECTORAL



Les dates clés

      • Lundi 3 février 2014 au plus tard :

    Publication, dans les communes concernées, de l’arrêté du représentant de l’état fixant le délai de dépôt des déclarations de candidature.
  • Jeudi 6 mars à 18 heures :
    Clôture du délai de dépôt des déclarations de candidature pour les élections municipales.
  • Lundi 10 mars :
    Ouverture de la Campagne Electorale et mise en place des emplacements d’affichage.
  • Mardi 18 mars :
    Date limite d’affichage dans les communes intéressées de l’arrêté préfectoral modifiant éventuellement les heures d’ouverture et de clôture du scrutin.
  • Samedi 22 mars à minuit :
    Clôture de la campagne électorale pour le premier tour.
  • Dimanche 23 mars :
    Premier tour de scrutin des élections municipales
  • Lundi 24 mars :
  • Ouverture de la campagne officielle pour le second tour (à 0h00) et ouverture du délai de dépôt des déclarations de candidature pour le second tour (dans les communes de moins de 1 000 habitants, seuls les candidats nouveaux sont concernés).
  • Mardi 25 mars à 18 heures :
    Clôture du délai de dépôt des déclarations de candidature pour le second tour.
  • Vendredi 28 mars à 18 heures :
    Date limite de dépôt des protestations formées par les particuliers contre l’élection d’un conseiller municipal au premier tour, sauf en Polynésie et en Nouvelle-Calédonie.
  • Samedi 29 mars à minuit :
    Clôture de la campagne électorale pour le second tour.
  • Dimanche 30 mars :
    Second tour de scrutin des élections municipales
  • Vendredi 4 avril à 18 heures :
    1er conseil municipale
    Délai limite de dépôt des protestations formées par les particuliers contre l’élection d’un conseiller municipal au second tour, sauf en Polynésie et en Nouvelle-Calédonie.
  • Lundi 7 avril à 24 heures :
    Délai limite de recours du préfet (ou haut commissaire) contre l’élection d’un conseiller municipal au premier tour.
  • Lundi 14 avril à 24 heures :
    Délai limite de recours du préfet (ou haut commissaire) contre l’élection d’un conseiller municipal au second tour.
  • Vendredi 30 mai à 18 heures :
    Délai limite de dépôt du compte de campagne à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (communes de plus de 9 000 habitants).

jeudi 20 février 2014

Débat de Dominique Rondi Sarrate




Municipales


La démagogie et le misérabilisme au pouvoir

Education, culture, Santé, Environnement :

Education :

État des lieux : « toutes nos infrastructures scolaires sont pleines à craquer, cela devient même difficile d'y travailler, donc d'instruire ».

Il n'y a toujours pas d'ordinateurs dans les écoles de St Sulpice ?
Le coût est astronomique, cela n'améliore en aucun cas les notes de nos gamins... et St Sulpice n'est pas encore éligible à l'ADSL rapide ou a la fibre optique qui devrait pourtant courir sous toutes les voies de chemin de fer et des autoroutes !

Comme il faut au minimum 5 ans pour qu'un édifice public soit opérationnel : c'est pour 2019, il faut donc stopper tous nos projets de lotissements qui ne vont qu'empirer la situation dramatique dans laquelle nous sommes. Cela va être le retour des Algecos.

Agrandir le CES Pierre SUC sur l'école Marcel Pagnol n'est il pas une idée farfelue, compte tenu qu'on a fait un investissement d'un restaurant scolaire ? ou mettre Marcel Pagnol sur le terrain de sport ?

Il y a Av Rhin et Danube des espaces pour faire des commerces et utiliser la hauteur disponible pour faire des classes pour le CES.
L'Ilot du 8 Mai , en face de la maison de M et Mme SOULET donne des possibilités, pour donner de l'air au CES et à l'école.

Le maintien de ces deux structures sont primordiales pour l’animation et le commerce du centre ville !

les menus de la Scolareste qui nourrit nos enfants du primaire sont immangeables. Il faudrait revenir à une cuisine centrale en gestion directe par la commune, avec beaucoup de produits sains cultivés prés de chez nous. Qui va assumer le coût des contrôles sanitaires et des assurances... les parents ou toute la collectivité ?

Les nouveau rythme scolaire pour la rentrée 2014, à ce jour rien n'a été programmé par la majorité municipale en place ?

Il va falloir ouvrir la cantine de Scolareste le mercredi midi car il serait intolérable pour nos enfants de manger au centre de loisirs de la Treille à Lugan à 13h, alors qu'ils sont a l'école depuis 7h.

Ne serait-il pas plus judicieux d'offrir un « en cas » aux enfants durant la récréation ?

La sécurité de nos enfants face la drogue, l’alcool, le racket et le harcèlement n'a pas été évoquée ; c'est vrai qu'à St Sulpice, ça ne peut pas exister et que personne ne nous en parle ?

C'est pareil pour les maltraitances faites aux enfants et aux femmes, par des individus dotés de l'autorité parentale.

Vu les perspectives d'expansion démographique , la métropole toulousaine qui nous impacte directement, nous contraint à programmer Une École + un Collège + un Lycée + un Internat pour 2019 :

Pour cela il faut prévoir dès aujourd'hui des réserves foncières sur des lieux stratégiques et libres des appétits démesurés des promoteurs, ne pas oublier les voies d’accessibilité douces et protégées, proches des moyens de transport de masse.

Pour cela, TOULOUSE METROPOLE doit être impliqué et prendre sa place comme cofinanceur de nos infrastructures communautaires.

Ce qui serait INTOLÉRABLE, c'est que nos enfants soient obligés de se lever à 5h tous les matins pour aller en classe AILLEURS !

La Culture :

Nos lieux de Culture sont inadaptés et seront hors la loi en 2015 pour des raisons d'inaccessibilité des toilettes pour handicapés !

Dés janvier 2015, les St Sulpiciens vont être privés de Cinéma et de salle René CASSIN. Comme pour les écoles, ce genre d'infrastructure publique va prendre au minimum 5 ans...pour être opérationnel ?

Le Cinéma pourrait être remplacé par un Créateur de Richesses « Capitalo-Libéral Débridé » à condition que le pouvoir d'achat des St Sulpiciens lui couvre ses frais et lui laisse un bénéfice substantiel !

Pour avoir du public pour le culturel, il faut dynamiser notre centre ville … mais pour dynamiser, il faut des places de stationnements, des Créateurs de Richesses « Capitalo-Libéral Débridé » qui y trouvent leurs comptes avec un certain nombre de consommateurs avant et après les spectacles !

Un projet de transformation du Polyespaces en salle de spectacles faisait partie du programme de notre Maire, des études ont du être financées pour en évaluer la faisabilité, comme pour la ZAC Cœur de Ville, ce sont des documents publics consultables.

Un test :

Renc'Arts MJC

De la danse de salon

C'est dimanche prochain

de 10h30 à 17h30

Avec un repas « Auberge Espagnole » à midi

COMBIEN SERONS NOUS ?

La MJC est à l’étroit dans les locaux de l'ancienne mairie et pas aux normes... ?

Le château est à vendre ?
L'arçonnerie aussi ?


L'environnent :

Des poncifs... transformer R.Cassin en hall pour la vente toute la semaine de la production des petits maraîchers locaux, les premiers producteurs locaux sont les St Sulpiciens eux mêmes, quelle est la famille St Sulpicienne qui n'a pas un jardin potager qui nourrit toute sa famille élargie et ses bons voisins ?

Aux prix du terrain constructible sur St Sulpice et les environs, le maraîchage va devenir un luxe que nous ne pourrons plus nous payer.

Interdire dans l'espace public, l'utilisation de pesticides est louable, mais que dire aux jardiniers du dimanche, aux agriculteurs et à ceux qui vivent en bordure de leur champ.

La rénovation énergétique est mise en avant pour nos habitations en promettant une subvention (une aumône de 2000€ sous condition de ressources) de la région... des miséreux les St Sulpiciens ?


La Santé :

Nous affirmer qu'en 2014 des St Sulpiciens ne savent toujours pas qu'il existe des VSL pour se déplacer chez les médecins, etc, cela tient du délire, ADMR propose avec la mairie un mini bus pour accompagner nos aînées pour faire des courses...

Entre les petites retraites, les handicapés, les économiquement faibles, St Sulpice ne s'investirait trop peu dans leur devenir, Ils ont des enfants et des petits enfants que font-ils  (Le CCAS fait-il usage de Art 205 du Code Civil) à leur secours ?

Cette ville est riche de 2250 familles (le salaire moyen par ménage frôle les 3000€) avec un patrimoine moyen de 200000€.

Le misérabilisme ambiant n'est donc pas de mise, les ayant droits méritent notre compassion et l'aide de notre collectivité locale, ils ne sont pas si nombreux pour en faire un enjeu électoral et le centre de notre problématique budgétaire.

Hospitalisation à domicile est possible à St Sulpice, les quelques malades et leurs familles vivent néanmoins des galères pas possibles... surtout administratives pour en avoir le bénéfice matériel et surtout psychologique (pouvoir souffler)!

Depuis 1992 toutes les fosses septiques auraient du disparaître, au nom du misérabilisme ambiant, ce n'est toujours pas achevé, c'est trop cher pour certains St Sulpiciens ? Ça perturbe pourtant le fonctionnement de notre station d'épuration !

Voir les déclarations du Docteur Ch CAYLA tête de liste PS à Lavaur sur notre hôpital cantonal ?


Conclusions :

On nous promet des débats participatifs pour tout et partout... l'arbre à palabre va donc nous éclaircir l'horizon... mais toujours limité par les contraintes budgétaires... et comme le budget est d'or et déjà contraint à l’extrême, toutes les réalisations pourtant déclarées comme urgentes, attendront des jours meilleurs …

Bonne nouvelle, Jocelyne SALVAN a reconnu que la dépense publique faisait la recette de nos Créateurs de Richesses SACRIFIES et des embauches... RONCO, CITEL, AUROVIA , RIGAL !


POUR LES SORTANTS





UNE OBLIGATION DE RÉSULTATS


La liste BOUTESELLE et GROWAS sera tenue pour responsable à 100% de l'organisation et la mise en place des Rythmes Scolaires sur notre commune pour la rentrée 2014.

MUNICIPALES (Suite)


Communication de la liste BOUTESELLE

Je veux un développement Social Fort afin que l'âge, le handicap ou les accidents de la vie ne soient pas un motif de rupture du lien social dans la ville, dans le monde du travail, dans l'accès à la vie locale.

Nous développerons un service de transport accompagné au profit des aînés et des personnes à mobilité réduite :

Cela existe déjà grâce à l'ADMR et la Mairie... combien de fois a-t-il été sollicité durant l'année 2013 par des St Sulpiciens ? Combien cela nous coûte ?

Et nos jeunes dans tout cela ?

Le numérique à l'Ecole

Le numérique à l’École est un gadget coûteux qui n’améliore en rien les résultats scolaires des enfants.

Par contre, commençons par être connectés à l'ADSL rapide par fibre optique !


ENFANTS EN DANGER


Carences dans la protection

de l'enfance en danger

Les pouvoirs publics font tout pour le faire connaître, mais le fonctionnement du 119, le numéro d'écoute gratuit destiné à signaler des enfants en danger, doit être amélioré, selon la Cour des comptes.




Chaque année, sur un million d'appels, seuls 600 000 ont été décrochés, relèvent les magistrats de la rue Cambon qui ont étudié les chiffres de 2010 à 2012. Quelque 33 000 ont été traités et finalement 12 000 ont donné lieu à une transmission d'information préoccupante aux cellules compétentes dans les départements.



PERSONNE AU BOUT DU FIL
Comme pour tout numéro destiné au grand public, il n'est pas anormal qu'une partie importante des appels soient « hors-sujet » (les personnes croient appeler un service d'urgence, certains appels sont malveillants ou sont le fait de plaisantins, etc.). Cependant, la proportion de ces appels inadéquats, estimés à 4 sur 5 par la Groupement d'intérêt pour l'enfance en danger (Giped, qui gère cette plateforme) apparaît « singulièrement élevée » à la cour et appelle une « expertise technique approfondie ».
La question du « ciblage des actions de communication » sur le 119 devrait également être posée, selon les magistrats.
Autre constat « inquiétant », quelque 24 000 appels ont été jugés intéressants... mais personne n'était disponible pour écouter les personnes au bout du fil. Il leur a donc été demandé de rappeler ultérieurement, sans qu'il soit possible de vérifier si elles le font et si elles obtiennent plus de succès par la suite. Leurs coordonnées ne sont pas notées et elles ne sont pas rappelées.
Une situation « d'autant plus regrettable » que les appels au 119 permettent souvent de déceler des situations qui n'étaient jusque-là sur les radars des services sociaux : ils concernent dans 60 % des cas des enfants qui n'avaient jamais été signalés.



MANQUE DE DONNÉES STATISTIQUES
L'autre mission confiée au Giped – doté d'un budget de 4,78 millions d'euros et de plus de 50 emplois à temps plein –, est de recueillir les informations sur les enfants placés ou suivis par les services sociaux, de mieux connaître l'enfance maltraitée et les parcours des enfants concernés, de diffuser les bonnes pratiques, par le biais de l'Observatoire national de l'enfance en danger (ONED). Des missions insuffisamment remplies, selon la Cour des comptes.
La tâche est rendue particulièrement difficile par les disparités dans les données communiquées par les départements, chargés de la protection de l'enfance, qui utilisent leur définitions propres et mettent en œuvre des politiques variées. Résultat : les données statistiques manquent et que la connaissance de la population protégée reste très lacunaire.
Un décret paru en novembre 2013 relatif à la définition d'une « information préoccupante » devrait permettre d'améliorer la situation. Par ailleurs, « la circulation des informations et la diffusion des bonnes pratiques » par l'ONED, qui devrait être un lieu de ressource pour les acteurs de la protection de l'enfance, « ne sont pas suffisamment organisés ».
IL Y A AUSSI PERSONNE AU BOUT DU FIL :
Pour nos Adolescents, nos Handicapés et nos Vieux .



Voilà une mission urgente et permanente de tous les jours qui devrait animer une municipalité et son Maire.



Il y a une « AUTORITÉ PARENTALE » injustifiée et condamnable …


DES « THENARDIERS»  QUI S'IGNORENT


DES VOISINAGES AVEUGLES ET SOURDS !



mercredi 19 février 2014

La SANTE dans notre canton



L’hôpital de LAVAUR
a été déclaré dangereux


Par le Docteur Ch CAYLA

« je n’enverrai jamais un patient à l’hôpital de Lavaur».
 

Ch Cayla (PS) est la tête de liste de «Croire en Lavaur».

L'Hôpital de Lavaur est notre structure de soins d'urgence cantonale, c'est une extension du 1er

CHU de FRANCE L’HÔPITAL PURPAN...

Cette déclaration est grave, qu'en pensent ses collègues du canton, ses pères de l’Ordre des Médecins , les instances sanitaires de notre Région , le PS de Midi-Pyrénées et du Tarn ?


mardi 18 février 2014

Sondage Municipale


MUNICIPALES...

54% des Français veulent une femme à la tête des communes...

(Ce sondage favoriserait donc Dominique Rondi Sarrate)

mais pas chez EUX !!


vendredi 14 février 2014

Le banc des menteurs




La dernière rumeur

« Les commerçants et artisans feraient 70% de leur recette au noir ! je la tiens d'un inspecteur des impôts, ami ! »

Comment paient-ils leurs fournisseurs et leurs salariés ?


Municipales (suites)



Liste GROWAS



Bulletin n°3

Nous créerons un groupe de travail associant  « Municipalité /Commerçants/Artisans/Consommateurs »
pour élaborer des projets partagés...


Commerçants et artisans doivent se remettre en question tous les jours et s'adapter à leur clientèle St Sulpicienne.

Les commerçants ne sont pas toujours très souriants, l'offre n'est pas toujours à la portée de toutes les bourses, la fraîcheur ou la qualité laisse parfois à désirer...

Les artisans ont des tarifs de médecins spécialisés, avec une disponibilité réduite et des commentaires désobligeants, ils se disent sacrifiés, ils crucifient les consommateurs qui finissent par tout faire eux mêmes, grâce aux grandes surfaces de bricolage.

Un certain nombre de baux commerciaux est disponible ou va se libérer ( banque)...

Les consommateurs St Sulpiciens vont-ils privilégier pour leurs achats les Commerçants locaux ?


N'oubliez pas d'y PARTICIPEZ!


Le Jeudi 27 Février 2014 

2ème réunion publique

René CASSIN

20h30

municipales(suite)


Réponses au bulletin°3 de la liste de gauche

Laurence :

Nous avons besoin d'une nouvelle école,
A Louisa Paulin, il y a trop d'enfants  par classe .

Il va falloir que les listes accordent leur violon, il y aurait des classes fermées dans St Sulpice ?

Karine :

A la cantine les enfants mangent mal?

Cela n'est pas bon ou cela ne plaît pas à vos enfants ?

Virginie :

A Louisa Paulin pas de gymnastique, pas assez de lits pour la sieste ?

Pourtant le terrain en face de l'école est municipal, quelle subvention va-t-on supprimer pour acheter des lits?

Raymond :

Mon fils apprend l'occitan à l'école. Il est dommage que cette culture ne soit pas mieux relayée à St Sulpice ?

PISA, vient de nous apprendre que 20% de nos petits français avaient du mal à s'exprimer en FRANÇAIS...

Votre revendication vous sera offerte par cette liste et grâce aux impôts de tous les St Sulpiciens , avec quelques échecs scolaires en prime.

En cette période de vache maigre est-il urgent d'apposer des plaques des rues, en occitan ?

Léopol :

Avec 9000 habitants, on pourrait quand même avoir un bel équipement culturel ?

Un bel équipement culturel, c'est un investissement de 6 millions €uros, un budget annuel de 700 000 €uros, plus les subventions, pour les associations culturelles.
Depuis 10 ans le culturel fait difficilement recette à St Sulpice, malgré l’enthousiasme d'associations méritantes...

Commençons par remplir nos salles existantes, et équilibrons les comptes des associations !

Mélina :

Il n'y a pas de salle municipale ( gratuite) pour organiser les fêtes de famille ?

Non Madame, pour cela il y a des artisans qui se feront un plaisir de vous accueillir dans
Sulpice …

Proposition de listes :

A / Étudier le réaménagement pour un usage permanent : c'est tout étudié, c'est hors de prix, aucune piscine de l'hexagone n'équilibre son budget, une réalisation intercommunale peut être envisagée à St lieux avec un aménagement écologiste et naturel d'une baignade d'été du centre de loisir...

B / Programmer la rénovation des infrastructure sportives

Ne croyez vous pas qu'en matière de sports, St Sulpice a assez donné ?

D / S'engager dans des investissements dans la culture pour St Sulpice :

Une carte culture sport et loisir annuel et payante, selon les taux d'imposition, billetterie municipale, donnant droit à subvention. C'est aux St sulpiciens par leur présence et leur assiduité à faire vivre le CULTUREL à ST SULPICE...Avec publication du nombre de spectateurs pour chaque spectacle dans CA Bouge à St sulpice !


Mardi 18 Février 2014 à 20h00 à R.CASSIN
Venez débattre sérieusement, de vos revendications et de leurs coûts : ce sont de vos impôts que l'on va parler !


jeudi 13 février 2014

Notre campagne bucolique


L'agriculture de St Sulpice

Qu'il faut préserver a tout prix



Les pesticides seraient jusqu’à 1000 fois plus toxiques

que ce qu'on dit ?



Faudra-t-il prévoir d'isoler les cultures de toutes habitations par des talus végétalisés ou « no man's land » de 100 mètres



Le professeur Gilles-Eric Séralini revient à la charge. Après avoir étudié les effets délétères d’un OGM et du Roundup, un pesticide largement utilisé, le chercheur s’attaque cette fois plus largement à neuf pesticides les plus vendus dans le monde qui seraient selon lui de 2 à 1 000 fois plus toxiques que ce qui est généralement annoncé.



L'étude controversée du professeur Gilles-Eric Séralini sur les effets d’un OGM et du pesticide Roundup sur des rats avait frappé les esprits en 2012. Appuyé par des photos des rongeurs déformés par des tumeurs impressionnantes, le travail du chercheur de l’université de Caen n’avait cependant pas convaincu l’Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa) pas plus que l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). 
La revue Food and chemical toxicology, qui avait à l’époque publié l’article du professeur Séralini, l’a retiré en novembre 2013.
Le chercheur lie cette décision peu courante à l’arrivée dans le comité éditorial de Richard Goodman, « un biologiste qui a travaillé plusieurs années chez Monsanto », le fabricant du Roundup.

Composants confidentiels

Cela n’a cependant pas entamé la détermination du professeur Séralini qui vient de publier le prolongement de cette première étude dans la revue Biomed Research International. Co-signé avec le Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique (Criigen). « Nous avons étendu les travaux que nous avions faits avec le Roundup et montré que les produits tels qu’ils étaient vendus aux jardiniers, aux agriculteurs, étaient de 2 à 1 000 fois plus toxiques que les principes actifs qui sont les seuls à être testés in vivo à moyen et long terme » précise le professeur.

Effectivement, avant leur mise sur le marché, seuls les effets de la substance active sont évalués et non le produit tel qu’il est commercialisé au final avec tous les composants que les industriels, la plupart du temps, refusent de dévoiler. «
Il y a méprise sur la réelle toxicité des pesticides » poursuit M. Séralini qui explique qu’il y a toxicité « quand les cellules commencent à se suicider » au contact du produit et « qu’elles meurent en quantités beaucoup plus significatives que les cellules contrôles ».

L’étude qui vient d’être publiée a porté sur les 9 pesticides les plus vendus dans le monde : trois herbicides (Roundup, Matin E1, Starane 200), trois insecticides (Pirimor G, Confidor, Polysect Ultra) et trois fongicides (Maronee, Opus, Eyetak). Chaque produit a été testé
in vitro sur des cellules humaines.
Présomption forte

Au final, les chercheurs concluent que sur les 9 pesticides, «
8 formulations sont clairement en moyenne des centaines de fois plus toxiques que leur principe actif ». Ils insistent sur le rôle des additifs qui « sont souvent gardés confidentiels et sont déclarés comme étant inertes par les fabricants ». Ils soulignent également à propos du Roundup, pourvu disent-ils, d’une réputation de relative bénignité, « que ce produit s’est révélé, et de loin, le plus toxique parmi tous les herbicides et insecticides testés ». 

Ce constat, s’il est vérifié, devrait interpeller les pouvoirs publics et les organismes qui déterminent la dose journalière admissible pour les pesticides parce que celle-ci est calculée à partir de la toxicité des seuls principes actifs des produits en question. Ce que met en lumière le travail de l’équipe du professeur Séralini pourrait inciter à aller voir un peu loin en intégrant tous les composants dans les tests limités jusque-là aux seules substances actives. C’est en tout cas ce que demande l’ONG Générations futures qui déplorait lors d’un récent colloque à l’Assemblée nationale sur les pesticides «
une sous-estimation des risques » due notamment à ces tests insuffisants.

Alors que les impacts sanitaires des pesticides sont de plus mis en avant par les scientifiques, 1 200 médecins viennent de rendre public un appel mettant en garde sur les risques posés par beaucoup de ces produits. Une vaste expertise collective de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) publiée au printemps 2013 est venue renforcer les craintes qui se multiplient envers les pesticides. L’Inserm concluait alors avoir «
une présomption forte » entre l’usage des pesticides par des professionnels (agriculteurs, personnels des fabricants ou chargés des espaces verts) et plusieurs pathologies.