mercredi 4 février 2015

A Mme Dominique RONDI-SARRAT



La lettre de Marion 13 ans pour toujours
Pour un harcèlement scolaire


Ce mercredi matin, Marion voulait rester au lit.
Après le petit déjeuner, elle est remontée dans sa chambre.
La veille, déjà, elle se disait " fatiguée" afin d'échapper aux dernières heures de cours.
Au retour de son travail, sa mère l'avait trouvée "pâlotte" sans s'inquiéter davantage.
Sans doute, tout irait mieux.
Mère et fille pourraient faire un peu de shopping ensemble.
Marion, toujours douce et souriante, avait acquiescé.
Une heure plus tard, elle ne répondait plus au téléphone. 


Elle a détaillé ses souffrances dans deux enveloppes , les humiliations, les insultes parfois subies en plein cours, et elle désigne ses bourreaux. "Ma vie a basculé et personne ne l'a compris, écrit elle et sur la segonde intitulé "Mes meilleurs souvenirs avec vous", mais celle-ci est vide.



Depuis neuf mois, les gendarmes cherchent tous azimuts des pistes, des indices auprès des amis de Marion, et des autres, qu'elle connaît parfois depuis l'école primaire.
"Laissez-nous tranquilles » Osent dire les parents des auteurs présumés.
« Faites votre deuil."
" Les enseignants, eux, n'ont jamais donné signe de vie.



"Nous avons 600 élèves, impossible de surveiller votre enfant"






1 commentaire:

  1. quand un enfant est humilié il faut porter plainte pour que ses bourreaux puisse etre puni
    marion a droit a la paix,il est indigne que les adultes s'en lave les mains

    RépondreSupprimer