mercredi 20 mai 2015

La reforme de la dernière chance




Contre la réforme encore une fois



Pour ne rien changer, les enseignants sont dans

 la rue pour défendre leur casse-croûte avec le 

minimum d'effort à fournir et l'avenir de leurs

 enfants chéris, au moindre coût.

Ils ont failli à leur mission.


Depuis 20 ans l’éducation Nationale nous a fabriqué 3 

millions de »ZONZONS » pourvus de 400 mots de

 vocabulaire, aigris et inemployables à vie. 
 

Ils sont devenus Parents, d'enfants voués à l'échec scolaire à leur tour.

Des clients tout trouvés pour le FN, des services sociaux, des hôpitaux, des flics, des prétoires et de nos prisons.

Un tel gâchis serait insupportable dans une entreprise… La France ne va pas pouvoir assumer le coût de cette aberration économique plus longtemps.


1 commentaire:

  1. Notre école a failli :
    Toutes les études internationales le montrent de manière indiscutable  : elle est devenue l’une des plus inégalitaires d’Europe.
    C’est-à-dire qu’elle a avancée à rebours de sa promesse initiale.
    Comment, en effet, accepter qu’un enfant né de parents modestes ait moins de chances de réussite qu’un enfant issu de classes sociales plus favorisées  ?
    Comment accepter que notre système éducatif n’arrive pas à promouvoir tous les talents, que les collégiens soient si nombreux à ne pas maîtriser les ­compétences fondamentales, et si nombreux à ne pas maîtriser les langues étrangères  ?
    Dans le monde actuel monde globalisé, monde d’échanges , c’est envoyer nos enfants, et donc notre pays, vers une impasse.
    Comment accepter, ­enfin, que notre société laisse de côté, tous les ans, 150 000 jeunes sortant du système scolaire sans diplôme ni qualification ?
    Parmi eux, 34% ont un père ouvrier, seulement 10% un père cadre supérieur.

    Manuel Valls

    RépondreSupprimer