lundi 18 janvier 2016

HARCELEMENT SCOLAIRE(suite)





ENFIN


Le harcèlement scolaire est désormais pris très 

au sérieux par l'Éducation nationale. En Haute-

Garonne, vingt cas ont été signalés depuis la 

rentrée 2015. Ils concernent autant de filles 

que de garçons, concerne des enfants du CM1 

à la 5e



«Il existe trois types d'élèves harceleurs, analyse Hélène 
Romano, docteur en psychopathologie et référente de 
l'Éducation nationale : la grande majorité est des suiveurs.

Ils n'ont aucun problème de personnalité, mais sont dans l'inquiétude d'être rejetés du groupe. 
Quand on les interroge, ils comprennent qu'ils ont fait quelque chose de mal. 
La seconde catégorie, 1 harceleur sur 10 environ, ont eux-mêmes été victimes de harcèlement. Ils ont une vraie blessure. 
Il faut les prendre en charge individuellement, effectuer un suivi. 
Enfin, les cas les plus difficiles, mais qui sont une petite minorité, sont les meneurs, des enfants qui n'intègrent pas les règles, l'autorité, qui n'éprouvent pas de culpabilité. 
Il faut les isoler du groupe, et on se rend compte que ça va mieux ensuite. 
Le harcèlement se passe dans tous les milieux, tous les types d'établissement.
»Prudence donc, expliquent les spécialistes, car le harcèlement non 
traité peut aboutir à un profond mal-être chez les victimes, à un réflexe 
d'isolement, voire à des tentatives de suicide.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire