lundi 25 janvier 2016

REPONSE






AUSSI INNATENDU QUE PUERIL



De Mr Nicolas Bouteselle qui est le leader du 
groupe d'opposition «Saint-Sulpice-la-Pointe, 
une Ville à Vivre» élu sur une liste apolitique au  
Conseil Municipal ( dauphin de B SOULET)


Un groupe qui tient entre ses mains, au même titre d'ailleurs, que le groupe FN, l'avenir du Conseil Municipal actuel.
S'il vient grossir la longue liste des élus déjà démissionnaires : les électeurs devront retourner aux urnes.



Mais pas de démission, pour l'instant,
Il n'en est pas question selon Mr Nicolas Bouteselle ! (devenu entre temps un élu étiqueté de droite).
Pourtant, dans son communiqué, il n'a pas de mots assez durs pour condamner la gouvernance de Mme Dominique Rondi Sarrat, la maire.
L'année qui vient de s'écouler est une nouvelle année perdue( à qui la faute ?)(.
L'autocratie de notre maire, ses mensonges répétés, les démissions nombreuses d'élus de la majorité ont fait de 2015 une année de désillusions pour nombre d'entre nous ( un héritage).
L'absence d'une réelle perspective d'avenir est dramatique ( pour beaucoup de communes en manque de fonds).
Il est temps de construire un vrai projet»( avec quel budget ?).
Son constat posé, Nicolas Bouteselle embraye en souhaitant «qu'enfin la démocratie participative soit mise en place au sein du conseil municipal, avec la population et que le respect de chacun soit la règle» ( ce n'est pas dans vos habitudes à droite de vous appliquer ce genre de gestion municipale).
Pour son groupe la démocratie n'existe pas à St-Sulpice : «les grands projets qui doivent construire notre commune demandent la concertation du plus grand nombre, mais encore faut-il qu'il y ait des projets à discuter»( Qu'attendez vous pour en présenter ?).
Nicolas Bouteselle se veut force de propositions : «Nous souhaitons que de véritables politiques culturelles et sportives soient mises en place, que la solidarité envers les plus démunis soit une priorité (épicerie solidaire, (merci pour nos commerçants ) et que les associations retrouvent leurs subventions après les 14 % de baisse de dotation infligée par Mme Rondi alors que cette dernière a augmenté ses indemnités» (Chez vous, la solidarité passe toujours en dernier de vos priorités, les associations n'ont pas vu leurs effectifs baisser, (elles sont logées et chauffées à l'oeil).
Il ajoute : «Il faut que les nouvelles technologies soient mises au service de tous, que le bâtiment de l'ancienne mairie soit réhabilité au profit de logements d'urgence et des associations, que des conseils de quartiers soit mis en place, que notre commune redevienne attractive pour les commerces et les entreprises»( elles ferment faute de clients).
Pour l'élu d'opposition cela ne serait possible que s'il y avait une stabilité politique et le respect des agents municipaux ( combien de demandes de mutation parmi nos effectifs?).
Pour conclure, Mr Nicolas Bouteselle affirme : «L'établissement d'une politique d'avenir doit permettre de retrouver « la confiance des investisseurs qui fait défaut aujourd'hui » (ce qui fait défaut aujourd'hui c'est des créateurs de richesse entreprenants)
Nous souhaitons aussi que notre commune s'investisse au sein de l'intercommunalité afin de bénéficier de sa dynamique».
D'après un texte recueilli par Richard Bornia.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire