mercredi 31 août 2016

Pour la sécurisation de l'esplanade O Medale






Cette esplanade n'est pas protegée 


d'une incursion de véhicule qui 


remonterait de la rue 


Rhin et Danube à vive allure


 pour la balayer un jour de marché.

vendredi 26 août 2016

RUMEUR DE GREVE DANS LA FONCTION TERRITORIAL







ANNONCE D'UN DÉPÔT

 
DE PRÉAVIS DE GRÉVE


DE NOS EMPLOYÉS MUNICIPAUX

Un nouveau blog sur St Sulpice

 

 

 DU GRAIN à MOUDRE

DONNER MATIERE à REFLEXION

à PARLER, a DÉBATTRE, a AGIR



Après avoir fait partie de l'équipe municipale 

"majoritaire", nous être battus pendant 18 mois 

pour défendre des valeurs de Gauche au travers 

de sujets aussi importants que la culture, 

l'environnement, le social, la citoyenneté, ..., 

nous avons constaté l'erreur de casting 

concernant le 1er magistrat de la ville et avons 

décidé de démissionner (septembre 2015).
Certains d'entre nous ont eu envie de s'exprimer sur la vie du territoire et au-delà : naissance "du grain à moudre" en octobre 2015.
Curiosité, sens critique et subjectivité assumée sont, ici, de mise.
Des billets, des commentaires, des articles de presse, des informations, des liens, des dessins... voici ce que vous trouverez sur ce blog.
Les articles publiés et commentés par les modérateurs du blog sont signés "dgam" (du grain à moudre).

N’hésitez-pas à nous communiquer  vos suggestions, remarques, idées de sujets, informations à diffuser… De quoi améliorer le blog, le rendre plus participatif et plus vivant et diversifier les points de vue.

Contact : dugrainamoudre81370@gmail.com.
Devenez "membre" du blog afin de pouvoir commenter les articles et recevoir une notification lorsqu'un article nouveau est publié.

Au jour le jour, nous allons donc « veiller au grain » !
dgam

jeudi 25 août 2016

Un de plus...C'est viral ou épidémique

 

Denis Radou, 

le premier adjoint au maire, 

démissionne


«Je ne suis pas en adéquation avec Madame le Maire sur sa façon de fonctionner».

vendredi 19 août 2016

A découvrir absolument...


Une guinguette au lac de Laragou

A MONPITOL


Une bande de copains

Respectivement âgés de 29 et 25 ans, Jojo et sa compagne, Paulette, ne sont pas arrivés là par hasard. 
 
Je travaille dans la restauration depuis que j'ai 16 ans», rappelle Jojo, qui explique : «Paulette est originaire de Montastruc et ses parents y habitent toujours. 

 
D'ailleurs, son père et de nombreux copains nous ont beaucoup aidés pour les travaux d'installation. 

Et puis, il faut reconnaître que l'endroit est magnifique». 
 
Les promeneurs se pressent déjà, à midi pour une assiette du cru, le soir pour les tapas, et dans la journée pour boire un verre sur la terrasse de la guinguette, ouverte à quelques mètres du parking du lac du Laragou (côté Verfeil) du mercredi au dimanche de 11 à 22 heures.

Le lac du Laragou

Situé au nord de Verfeil, le lac du Laragou est un ouvrage remarquable.. Ce havre de paix séduit également pêcheurs et randonneurs.
Les 4,8 kilomètres de promenade que représente le tour du lac offrent une randonnée facile et adaptée à la plupart des marcheurs. Parfaitement isolé des axes routiers, le lac du Laragou n'est pas visible depuis la D22, mais plusieurs points de stationnements sont accessibles en voiture.

mardi 16 août 2016

Une eouvre laique,selon les évangiles


L'engagement de notre ville

en direction des réfugiés

 

A l'initiative de notre maire Dominique Rondi 
Sarrat, les membres du conseil municipal, du 
conseil d'administration du Centre Communal 
d'Aide Sociale (CCAS) et des associations 
caritatives ont été invités à se réunir pour 
déterminer les conditions et les modalités de 
possibilité d'accueil de réfugiés sur nos 
territoires. 
 
Ces rencontres ont mis en évidence une volonté 
très partagée pour se joindre aux mouvements 
citoyens appelant à l'accueil des personnes qui 
fuient leur pays et qui demandent une 
protection au sein de l'Union Européenne.


Au-delà de cette volonté et de l'émotion suscitée par cette situation, comme l'a souligné le maire en propos introductif en reprenant les recommandations de la Fédération Nationale des Associations d'Accueil et de Réinsertion Sociale : «Cet accueil, qui est de la responsabilité de l'État, doit garantir des conditions de vie dignes, avec un accompagnement juridique et social durable. 
L'engagement s'inscrit dans la durée, que les migrants soient simplement en transit en France ou qu'ils aient décidé d'entamer une procédure de demande d'asile dans notre pays». 
Dans ce cadre, les perspectives d'accueil doivent rester subordonnées à une forte solidarité, à un partage des tâches et une mutualisation des moyens tant matériels qu'humains, un bénévolat inconditionnel et pérenne.
«Cette concertation a permis de définir le cadre de l'action à conduire, en particulier en soutenant le comité initié sur les secteurs de St-Sulpice, Rabastens et Salvagnac», précise le maire. Abdallah Harrati, le président de l'association Salem de St-Sulpice, a proposé d'intervenir pour les échanges linguistiques, des dons financiers, en vêtements et en nourriture.
Une régie de recettes au CCAS servira pour le recueil de dons destinés à assurer le financement des charges du logement mis à disposition gracieusement par des particuliers, et des besoins matériels. 
La ville pourra accompagner les besoins en déplacement si nécessaire.
Par ailleurs, un soutien financier sous forme de subvention sera proposé aux membres du conseil d'administration du CCAS lors d'une prochaine réunion et soumise ensuite au conseil municipal.

Une association récente

L'Association pour l'Accueil des Réfugiés dans le Rabastinois a été déclarée en préfecture le 5 mai 2016. 
Cette association a été créée pour servir d'interlocuteur auprès de tous les organismes et pour assurer la transparence de toutes les opérations. 
Courant mai 2016, les services de l'immigration de la préfecture du Tarn ont proposé à l'association d'accueillir 5 demandeurs d'asile, irakiens-kurdes, dans le logement mis gratuitement à disposition par un couple de Rabastinois. 
Le 8 juin 2016, 5 jeunes se sont installés à Rabastens, les bénévoles de l'association s'efforcent d'assurer au mieux les conditions d'intégration dans le bourg et la région.
Dans l'attente de l'instruction de leur demande d'asile, les 5 personnes accueillies perçoivent une allocation journalière insuffisante pour couvrir les charges locatives qui sont payées par l'association. 
L'association est soutenue dans sa démarche par les adhérents ainsi que par les associations caritatives locales : Restos du cœur, Secours Catholique, Secours Populaire, Emmaüs. 
Les recettes de l'association proviennent de dons des adhérents et de particuliers. 
 Une participation symbolique aux charges sera demandée aux occupants du logement, en fonction de leurs ressources, à compter du 1er septembre 2016. 
Par courrier du 22 juin 2016, le président de l'association Jean-Dominique Cabie et la secrétaire Cécile Ténégal sollicitent le soutien de la commune afin de répondre au besoin de ressources pour poursuivre la démarche d'accueil.
Pour le recueil de dons : CCAS de Saint-Sulpice, 11 chemin de la Planquette, 81370 Saint-Sulpice. Lundi de 14h à 17h, du mardi au jeudi de 9h à 12h et de 14h à 17h, vendredi de 9h à 12h. Possibilité d'accueil en dehors de ces horaires sur rdv au 05 63 34 10 50. Le CCAS et l'association pour les réfugiés tiendront un stand lors du marché des producteurs du 26 août après duquel vous pourrez faire vos dons. Adresse de l'Association pour l'Accueil des Réfugiés dans le Rabastinois : 5, rue Toulouse-Lautrec, 81800 Rabastens.
D'apres un texte de R BONIA

samedi 13 août 2016

4 jours de fêtes




La fête générale



Bonne organisation et sécurisation,

quoique les manèges commencent à dater
 
et que l'implantation

de certains ne fait pas l'affaire des 


commerçantspérènes du village.


A noter la presence de notre police municipale sur l'ensemble des 4 soirées, ce qui suppose une dépense importante due au complément de rémuneration non budgeté de notre commune.

mercredi 10 août 2016

INCIVILITE





UN PRUNIER PROLIFIQUE


SOUILLE LA VOIE


PUBLIQUE


Av Albert CAMUS



depuis plusieurs années

Sans que personne ne rappelle au propriétaire

de cet arbre fruitier

qu'il a un devoir de tenir propre son trottoir.