lundi 13 mars 2017

Des enfants épuissés a 18H, du jamais vue...



 
SUR LES NAP




" Si nous poursuivrons la mise en place 
des nouveaux rythmes scolaires selon 
la loi Peillon ainsi que 
les activités périscolaires qui accompagnent 
cette réorganisation des rythmes des enfants .  

En effet ces mesures 
permettent de répartir les apprentissages scolaires
 sur 5 journées au lieu de 4 ; 
et les NAP permettent d'ouvrir les écoles à des intervenants 
extérieurs ; il faudra néanmoins 
revoir les questions du financement de 
ces activités, afin de permettre à tous les enfants
 d'en bénéficier s'ils le souhaitent , 
de la qualification des intervenants et de leur 
rémunération, et de l'évaluation des pratiques municipales pour s'assurer qu'elles sont bien 
conformes à la loi ".


j'explique un peu les choses : la loi Peillon a voulu revenir sur la décision de Xavier Darcos, qui avait supprimé les cours du samedi matin( réduisant ainsi de 3 heures par semaine les horaires d'enseignement) .

La loi Peillon a donné la possibilité aux communes de choisir le mercredi matin ou le samedi matin pour rétablir des heures d'enseignement, sans revenir sur la réduction du temps scolaire hebdomadaire (avantage acquis pour les enseignants) . 

Et donc les 3 heures déplacées , au mercredi matin en général, ont été compensées par une réduction de la durée de certaines journées d'école, donc les cours s'arrêtent parfois à 15 heures deux jours par semaine pour laisser place à des activités périscolaires . 
Dans certaines villes l'organisation choisie est différente . 

Ce qui amène parfois des journées aberrantes pour les enfants . 

L'intérêt des N.A.P. est de permettre à tous les enfants d'avoir accès à des activités sportives et socioculturelles si possible gratuitement .

L'état attribue 50 euros par an et par enfant scolarisé pour financer ces N.A.P., et cette somme peut être complétée par une contribution égale de la Caisse d'allocations familiales .

Dans certaines villes il y a très peu d'enfants qui vont aux N.A.P. 

Mais les communes touchent  la subvention en fonction du nombre d'enfants scolarisés et non du nombre d'enfants qui participent aux N.A.P. 

D'où parfois cela s'apparente à des détournements de subvention, si la ville s'arrange pour avoir très peu d'enfants inscrits aux N.A.P. !

Dans d'autres villes au contraire la municipalité a pris très au sérieux cette réforme et ont tout fait pour que le maximum d'enfants en bénéficient (gratuité, qualité des intervenants, horaires, mise à disposition de locaux adaptés ... )

La rémunération des intervenants est aussi variable d'une ville à l'autre ; certaines prennent en compte la qualification, le diplôme de l'intervenant, et les paient correctement, comme des vacataires néanmoins (20 euros/h pour un titulaire d'une bac+5 en arts plastiques) ; 
d'autres villes les paient tous au salaire des animateurs titulaires du BAFA (14 euros/h) quel que soit leur diplôme . 

Dans certaines villes c'est encore différent, ils font intervenir un "professeur municipal 
"sur une petite partie de son temps de travail . 
Dans certaines villes ce sont les "tatas" (les personnes qui aident dans les écoles , ASEM) qui font les NAP en fonction de leurs compétences étendues!!!!

Alors de là à dire que "nous professionnaliserons les intervenants d'activités périscolaires", c'est bien mais on en est très très loin et il y aura beaucoup d'étapes avant ! 

Mais on pourrait dire que l'objectif est de lutter contre la précarité de leur statut ; Cependant leur statut est précaire parce que la loi elle même est précaire, vu que beaucoup de 
personnes, y compris de gauche, sont contre cette loi ; les enseignants en premier ne sont pas contents de revenir travailler le mercredi matin , les parents disent que les enfants sont fatigués de se lever le mercredi matin ... Vous avez vu des enfants fatigués au retour de l'école ?
Et certaines villes sont mécontentes de devoir gérer et financer les N.A.P. 
Car si elles les organisent correctement cela leur coûte assez cher .

Quoiqu'il en soit les intervenants assurent très peu d'heures par semaine et rien pendant les vacances scolaires, donc il serait très difficile d'envisager leur professionnalisation .

Voilà en résumé ce que je peux donner comme information sur toute cette question . 
Je n'ai pas étudié précisément l'évolution du dossier en 2016-17 .

Si vous avez des questions à me poser, n'hésitez pas . 

Eve-Laure Poncet "Eve-Laure PONCET (MICHELON)" <eve-laure.michelon@club-internet.fr>

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire