mardi 11 avril 2017

Je cache mon BAC+5 pour travailler


«Tu sors de tes études,

tu proposes ton énergie,

et personne n’en veut»


Ils sont très diplômés mais occupent des postes bien en deçà de leurs qualifications, ont des contrats précaires ou pointent à Pôle Emploi.

A Grenoble, rencontre avec des bac + 5 ou bac + 8 désabusés, alors qu’ils pensaient avoir tout fait pour réussir.

Plus que jamais en France, le diplôme est considéré comme un atout essentiel pour l’insertion professionnelle. 
Seuls 11 % de ceux qui en possèdent un pointent au chômage cinq ans après leur entrée sur le marché du travail, alors que 40 % des jeunes non diplômés sont sans emploi.
Ces 11 % représentent néanmoins un chiffre très élevé : «Ce sont des centaines de milliers de jeunes qui, au sortir de longues études qui ont nécessité des sacrifices importants, peinent à trouver un poste en adéquation avec leur diplôme», relève Camille Peugny, sociologue à Paris-VIII.
«Un diplômé de l’enseignement supérieur sur quatre ou cinq peut être considéré comme déclassé sur son premier emploi.»
Précarité, temps partiels, faibles revenus, boulots alimentaires, chômage à répétition ou emploi sans rapport avec les compétences sont le lot de nombre de diplômés du supérieur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire