mercredi 31 mai 2017

La puberté précoce


 

La puberté précoce varie géographiquement

avec, pour les filles, notre région

où elle est 12 fois plus fréquente.

Viticulture et arboriculture pourraient être en cause.

Le rôle de l'exposition à ces perturbateurs endocriniens est considéré comme scientifiquement "plausible".



C'est la première estimation en France sur la fréquence de la maladie de la Puberté précoce.
Ces données nationales, présentées dans le cadre des Rencontres Santé publique France organisées à Paris jusqu'à jeudi, portent sur la période de 2011 à 2013. 
Les chiffres permettent de dénombrer 1173 nouveaux cas par an chez les filles et dix fois moins chez les garçons.
Les signes de cette maladie rare, qui stoppe prématurément la croissance, sont notamment les seins qui poussent chez les filles, les testicules qui augmentent de volume chez les garçons et l'apparition de pilosité pubienne.
Les premiers signes surviennent avant 8 ans chez les filles et avant 9 ans chez les garçons. 

Les perturbateurs endocriniens soupçonnés

Les pertubateurs endrociniens (pesticides, phtalates, bisphenol A...) sont soupçonnés d'être impliqués dans ces pubertés précoces, souligne Joëlle Moal, médecin épidémiologiste qui a dirigé ce travail avec des spécialistes de l'hôpital Robert Debré.
D'autres hypothèses sont discutées, comme par exemple le rôle des rayons UV ou le surpoids. 

Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes en première ligne

Pour la première fois, une étude montre aussi les différences régionales. "Pour les filles, nous avons identifié deux régions à forte incidence: Occitanie autour de Toulouse et Rhone-Alpes autour de Lyon", explique-t-elle.
Ce qui oriente vers des "mécanismes communs".
Parmi les moins touchées, situées dans la moitié nord, figurent Lille et le Pas-de-Calais. Schématiquement pour les garçons, c'est à peu près pareil, précise la chercheuse. 
Pour approfondir la question, les chercheurs prévoient d'étudier certains types de cultures -viticulture et arboriculture- auxquelles auraient pu être exposées les familles.
Les éventuelles expositions industrielles sont également à prendre en compte.
L'étude n'a pas permis à ce stade de savoir si cette pathologie rare était en augmentation. 

mardi 30 mai 2017

La médecine en France


 

Plus de 196000 médecins exercent en France

22.000 médecins exerçant une 
activité régulière en France 
en 2017ont été diplômés à 
l'étranger, 
 soit 11% de la profession, un 
chiffre  en hausse qui aide à 
contenir la baisse 
des effectifs depuis 2010, selon des 
données dévoilées mardi par 
l'Ordre des médecins.
 
Les 8.300 médecins qui ont depuis gonflé leurs rangs ont ainsi compensé en partie la baisse des diplômés dans l'Hexagone (-10.400 environ).
La cartographie élaborée par le Cnom donne une multitude d'informations sur la répartition des médecins selon leur âge, leur sexe, leur spécialité...
Elle vise à "mesurer au plus près les disparités territoriales", explique l'Ordre, qui milite pour une réforme "construite avec les acteurs" de terrain et entend apporter "un outil dynamique d'aide à la décision".

Parmi ses principaux enseignements figurent aussi la baisse continue du nombre de médecins généralistes et l'affaiblissement de la densité médicale en Ile-de-France.
En moyenne et en 2017, en France, la densité médicale est de 330,7 médecins en activité régulière, tous modes d'exercice confondus, pour 100.000 habitants.
Avec un peu plus de 346 médecins pour 100.000 habitants en 2017 contre 377 en 2010 , l'Ile-de-France n'est que la cinquième région la mieux lotie, l'Aquitaine-Limousin et Poitou-Charentes et la Provence-Alpes-Côte d'Azur ayant la densité la plus élevée en la matière(respectivement 348,6 et 353,2).
Elle reste loin devant les Pays-de-la-Loire (287,9) et le Centre-Val de Loire (278,5), dernières du classement en métropole.
Mais une analyse plus fine permet d'y observer de fortes disparités : par exemple la densité médicale de la communauté d'agglomération des 2 Rives de Seine est tombée de 103,4 en 2010 à 84,9 en 2017, celle de la communauté de communes Cœur des Yvelines, de 131,5 à 97,2.

Sont-il tous encore compétant ?
Comment un médecin mandaté par un patron peut-il annuler un « arrêt maladie » sans designer « un faux en écriture publique » d'un collègue ?



samedi 27 mai 2017

M Finkielkraut délire


 
Marlène Schiappa répond 

à titre personnel au 

philosophe.

Qui l'accuse de ne s'en prendre qu'aux religions catholique et juive, et d'épargner l'islam.



«Quel honneur vous me faites !» avant de préciser «sans malice» qu’elle l’avait toujours considéré positivement comme «un chroniqueur de télévision». «Mais certains de mes amis pensent que vous êtes philosophe», ironise Marlène Schiappa. «Cela m’honore et me déçoit en même temps. Voyez-vous, même si je combats l’immense majorité de vos idées, je tenais en respect […] votre fonction de grand philosophe, d’Académicien». «Je pensais que vous fondiez vos réflexions sur des éléments tangibles, des sources contradictoires, des mises en perspective, et une analyse longue
« Je suis membre depuis des années de la plus vieille association laïque de France», je regrette que M Finkielkraut n’ait pris le temps de lui adresser «une question» et l’invite à se tourner désormais vers Google pour éviter de verser dans «la société du spectacle» qui critique «sans mesure des positions imaginaires d’une féministe progressiste».
Et de proposer, à l’occasion d’un improbable happy hour : «Si un jour, l’homme de valeurs que l’on me dit que vous êtes s’intéresse à la réalité de ma pensée philosophique, il sait désormais où m’interroger.» 



mardi 23 mai 2017

Mettre fin aux rumeurs




La désinformation est un 

ensemble de techniques 

de 

communication visant à 

donner une fausse image 

de la réalité,

dans le but de protéger 

des intérêts privés et/ou 

d'influencer l'opinion 

publique.

Le principe de Protections des 

sources d'information des 

journalistes ne permet pas toujours  
de décourager la désinformation,  

alors qu'il est facile de recouper et  

de vérifier les informations 

diffusées, par le questionnement 

d'autres sources d'informations 

avec rigueur, ou l'identité est 

également vérifiée, mais pas 

divulguée.


Toute personne qui propage une 

information (rumeur) et qui n'est 

pas capable d'apporter les preuves 

de la réalité de ses dires ou de ses 

écrits, ou ne peut montrer que les 

moyens mis en œuvre via son 

enquête lui laissaient penser que 

l'information était vraie, peut être 

condamnée.


Le délit de diffusion de fausse nouvelle est une Infraction en Droit Pénal prévue d'une part par l’article 27 de la loi du 29 juillet 1881 sur la presse, et d'autre part par l’art. L.97 du Code électoral.

En cas de diffamation, on risque une amende et des dommages et intérêts.
En cas d'atteinte à la vie privée, on ne risque pas d'amende car l'affaire est purement civile, mais des dommages et intérêts ou des publications judiciaires. l'Art 9 du Code Civil sur la vie privée.




vendredi 19 mai 2017

La rigeur au sommet de l'ETAT


 

Le Président MACRON

limite par décret le nombre

Des collaborateurs de ses Ministres





Un décret du président de la République, publié au Journal officiel du 19 mai, réduit drastiquement le nombre de membres des cabinets ministériels.

Le texte est signé du Président Macron et de son Premier Ministre E Philippe, qui limite à dix le nombre de conseillers pour un ministre, huit pour un ministre délégué et cinq pour un secrétaire d’Etat.

Le texte soumet également les nominations au sein des cabinets à l’approbation du premier ministre et rappelle que « nul ne peut être nommé membre d’un cabinet ministériel s’il ne jouit de tous ses droits civils et politiques ».
Le texte rappelle enfin que les membres des cabinets doivent « adresser une déclaration de situation patrimoniale et une déclaration d’intérêts à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », comme le prévoit la loi de 2013 sur la transparence de la vie publique.

jeudi 18 mai 2017

Les legislatives




La République En Marche


A accueilli hier soir l'ensemble des 

forces progressistes de notre 

commune pour leur présenter
 
Jean TERLIER

qui est leur candidat pour la 

Troisième Circonscription du Tarn.


En Marche reste plus que jamais tourné vers 

la société civile, l'adhésion est gratuite, la 

liberté d'organisation locale est totale et nos 

adhérents sont libres d'appartenir à d'autre 

formation politique.

 
Le projet d'objectifs d'un adhérent

En conservant la bienveillance de rigueur dans ce parti politique, il doit réfuter tous commentaires propagés par tout à chacun sur des rumeurs ou des faits invérifiables, ils pourraient être infondés ou impossibles à prouver...cela nous engagerait !!!

Signaler ou intervenir pour dénoncer systématiquement :

* Toutes maltraitances sur mineurs de moins de 15 ans
* Toutes violences faites aux femmes
* Refuser obstinément de payer « au noir »
* S'autoriser à réprimander tout ado qui « déconne » sur la voie publique
* lutter contres les violences routières et ne pas cautionner ce non-respect de celui-ci par votre famille ou amis.
* Rapporter au collectif toutes observations ou anomalies, que vous auriez constater, afin de décider collectivement de la réponse à en donner.
* Se faire une obligation et même violence de participer à nos réunions de comité local.
C'est primordial, vos commentaires, réflexions et objections ne feront qu'améliorer et faire évoluer nos règlements et nos lois à venir ou de les modifier.

Votre adhésion et vos motivations à être à « En Marche »

Ne doit jamais être béate ou christique.
Nous élisons des Femmes et des hommes, ils sont donc tous faillibles !
Ne leur signons jamais un chèque en blanc !
Enthousiasme ça fait du bien, mais cela ne dure jamais bien longtemps !

samedi 13 mai 2017

Des salaups



Allocataires privés de RSA

«Une fois de plus, on tape sur la misère»


Dans le Nord, 15 000 personnes auraient vu leur Revenu de solidarité active raboté car ils n’étaient pas inscrits à Pôle Emploi, tandis que l’Oise a sanctionné un bénéficiaire «alcoolisé».

Sale temps pour les bénéficiaires du RSA. 
45 000 des 115 000 allocataires du revenu de 
solidarité active du département du Nord sont 
menacés de le voir raboté.

jeudi 11 mai 2017

Se félicite Dominique Rondi-Sarrat.


Dominique Rondi-Sarrat

«Les finances de la commune vont mieux»


Des excédents en fonctionnement 
cumulé de plus
de 1 110 575,07 € et en 
investissement de plus de 302 
867,04 € la situation financière de 
la commune s'améliore.
Des résultats budgétaires qui 
satisfont
Dominique Rondi-Sarrat, la maire.

«En une année, la commune a 
réussi à multiplier par 2,5 fois ses 
résultats, la preuve que l'équipe 
municipale et l'ensemble des 
services ont réalisé ensemble de 
gros efforts d'économie».


La trésorerie actuellement disponible est de 1 900 000 €.
«La capacité de désendettement de la commune, grâce à tous ces efforts, est aujourd'hui très correcte, de l'ordre de 5 ans.
Les ratios sont satisfaisant selon la direction des finances locales», souligne la maire «En 2016, la ville a ralenti ses investissements : il fallait réagir pour mieux agir demain. Ce souci de prudence financière entre dans une logique prospective».
De gros projets sont lancés comme la construction du groupe scolaire, la réfection de l'avenue Charles-de-Gaulle, la restructuration des abords de la gare et de l'avenue des Terres-Noires : «ces projets ont demandé deux années d'investigation et de mobilisation tant des élus que des services pour convaincre et nouer des partenariats». Pour la municipalité, le budget 2017 est encourageant, «articulé autour d'une dynamique d'investissement et toujours sans augmentation d'impôts». 2017 sera marquée par de nombreux travaux en régie, des travaux d'entretien du patrimoine public : contrôle d'accès des bâtiments, climatisation de la médiathèque, accessibilité, travaux aux écoles, aires de jeux… et par l'engagement des phases opérationnelles des travaux de construction d'un groupe scolaire, de la réhabilitation de l'avenue Charles-de-Gaulle, l'extension du cimetière, la construction de vestiaires et d'un stade Foot 5. Des travaux de voirie, la révision du plan local d'urbanisme, opérations programmées sur plusieurs années, mais aussi les investissements nécessaires à l'amélioration des conditions de travail des agents et à la qualité du service public figurent aussi au programme. «Nous avons tenu le pari, redresser nos finances, pouvoir recourir à nouveau à l'emprunt sans hypothéquer l'avenir»,
Se félicite Dominique Rondi-Sarrat.

Nous attendons avec impatience les détracteurs en services commandés

mardi 2 mai 2017

Charlie Hebdo

Charliehebdo

Un renvoi d'ascenceur


Varoufakis soutient Macron

«sans équivoque»

 

L'ex-ministre des Finances d'Alexis
 Tsipras rappelle le volontarisme 
déployé par Emmanuel Macron au
 moment de la crise grecque pour 
tenter de sauver le pays de la crise
 financière qui a ruiné son économie
 contrairement à ce que rabâche 

Marie Le Pen.


Un soutien venu de la gauche radicale en apparence étonnant pour le fondateur d'En Marche!, et qui ne doit pas laisser croire à un virage libéral de l'ex ministre grec, mais qui relève plutôt du sursaut citoyen.
Il est «scandaleux pour tout progressiste que de renvoyer dos à dos Le Pen et Macron», relève l'économiste. «Marine Le Pen est-elle vraiment une option moins inacceptable que son père .
C'est pour moi une véritable énigme», indique-t-il dans une critique à peine voilée à l'encontre de Jean-Luc Mélenchon.
«Bien sûr, nous souhaiterions tous, du moins ceux d'entre nous qui sont de gauche, que le système électoral français ne soit pas binaire.



Mais au-delà des impératifs dictés par le contexte, ce soutien de Varoufakis à Macron procède tout de même d'une conviction profonde.
«Il y a quelque chose de plus dans mon soutien à Emmanuel Macron: au cours de mon mandat en tant que ministre des finances de la Grèce au début de 2015, Emmanuel m'a révélé un côté de lui que peu de progressistes connaissent», confie l'ancien soutien de Syriza.
«Alors que la ‘troïka' des créanciers de la Grèce et le gouvernement de Berlin étranglaient les tentatives de notre gouvernement de gauche nouvellement élu pour libérer la Grèce du carcan de sa dette, Macron a été le seul ministre d'État en Europe à faire tout son possible pour nous aider.
Et il l'a fait en prenant un risque politique personnel», dévoile l'ancien ministre grec.
Et Yannis Varoufakis de détailler comment, contre l'avis de l'entourage de François Hollande, Emmanuel Macron aura tenté jusqu'à la dernière minute de convaincre les dirigeants européens d'épargner à la Grèce «une version moderne du Traité de Versailles».

lundi 1 mai 2017

Un averissement gratuit pour le 7 mai


TONY BLAIR

replonge dans l'arène politique


L'ancien Premier ministre 
britannique a annoncé lundi sa 
décision de se "salir les mains" 
pour combattre le Brexit.



Inquiet face à un Brexit rêvé qui pourrait se révéler un cauchemar, M. Blair craint en fait un "Hard Brexit" qui serait dévastateur pour les Britanniques:
"Il y a une partie du parti conservateur (de la Première ministre Theresa May) qui est déterminée à parvenir à ce Brexit, quel qu'en soit le coût" à l'issue des deux années de négociations qui viennent de débuter entre Londres et l'Union européenne.
"Le marché unique européen, c'était la Ligue des champions en matière commerciale.
Un accord commercial (entre le Royaume-Uni et l'UE), ce serait comme la deuxième division. Nous nous reléguons nous-mêmes"déclare Tony Blair.